Réglage des culbuteurs sur Dnepr, Ural

Pour régler correctement les culbuteurs sur un flat, le moteur étant froid, on retire les deux caches culbuteurs et les deux bougies, on met en prise sur béquille, on fait tourner la roue arrière jusqu'au point de bascule d'un cylindre et on règle les culbuteurs de l'autre cylindre.

Puis on fait tourner le moteur avec la roue jusqu'au point de bascule du cylindre que l'on vient de régler et on règle les culbuteurs du premier.

On refait un ou deux cycles complets pour vérifier . Il n'y a que cette méthode qui garantisse de faire le réglage les cames étant au plus bas .

Il faut du jeu aux culbuteurs car en mécanique une pièce ne peut pas plaquer (être en appui) sur deux surfaces à la fois. Si il n'y a pas de jeu entre le culbuteur et la queue de soupape celle-ci ne peut pas fermer hermétiquement.

Si une soupape ferme hermétiquement sur son siège c'est qu'il y a du jeu entre le culbuteur et la queue de soupape. La pratique veut que en toutes circonstances ce jeu soit compris entre 5 centièmes et un dixième de millimètre mais, bien sur il y a un mais, les moteurs chauffent et le métal se dilate sous l'effet de cette chaleur...

Aussi certains moteurs en chauffant prennent du jeu aux culbuteurs, d'autres en perdent, ceci étant dû au fait que certains ont les cylindres fixés directement sur le bloc, les culasses étant fixées sur les cylindres d'une manière indépendante; d'autre ont des grands goujons qui fixent culasses et cylindres ensemble au bloc.

Le coté échappement chauffe plus que le coté admission le jeu ne doit donc théoriquement pas être le même. Il est donc très important de se fier à la revue technique de chaque machine avant de faire un réglage de culbuteurs.

Si on est pas sûr des jeux "constructeur" on peut mettre cinq à sept centièmes moteur bien chaud , laisser refroidir et mesurer les jeux moteur froid.

Vous comprendrez aisément que si les soupapes ne sont pas parfaitement étanches pendant leurs temps de fermeture le moteur ne peut pas fonctionner normalement.

Si la soupape d'échappement fuit, des gaz déjà brûlés seront aspirés pendant l'admission (impossibilité de régler la richesse).

Si la soupape d'admission fuit des gaz brûlés vont partir dans les carburateurs...

Enfin pendant les cycles de compression et d'explosion les gaz vont s'échapper à la fois dans les pots et dans les carburateurs. Les soupapes doivent donc être parfaitement rodées sur leurs sièges .

S'il n'y a pas de jeu aux culbuteurs on dit que la soupape est bridée.

Quand une moto démarre mal à froid c'est souvent parce une ou plusieurs soupapes sont bridées (pas de compression).

Quand une moto démarre mal à chaud c'est souvent que les culbuteurs ont perdus leurs jeux à cause de la dilatation.

Récapitulatif : Pas de jeu = moteur défectueux, pas de puissance, démarrage problématique et risque de casse.

Trop de jeu = bruit excessif, moteur légèrement en sous-puissance mais pas de casse .

Conclusion "Le jeu et le graissage sont l'âme (et le sang !) de la mécanique". 

Sur un moteur tournant à 4000t/mn une soupape s'ouvre et se ferme 16 fois par seconde. 4000 tours par minute divisés par deux (l'arbre à came tourne deux fois moins vite que le vilebrequin) = 2000 t/mn divisés par 2 ( la came n'est efficace que sur la moitié de sa périphérie) = 1000t/mn divisés par 60 secondes = 16,66 fois par seconde.

Réglage de la richesse

Pour avoir une bonne explosion dans les cylindres, nous devons mettre en présence un comburant (oxygène de l'air) et un carburant (pour nous de l'essence) d'ou le nom: carburateur. 

La chimie théorique nous dit qu'il faut un rapport de masse - air et essence de 14/7 pour 1 pour avoir un mélange détonant parfait et maximal. 1 litre d'air pèse 1.29 gr (au niveau de la mer) et 1 litre d'essence pèse 750 gr à 15°.

En pratique, comme toute l'essence ne se vaporise pas parfaitement et ne se mélange pas assez intimement avec l'air, il faut qu'on moteur aspire une proportion air/essence de 18/1 : c'est la richesse que nous devons obtenir dans nos réglages. 

Il s'agit bien d'un rapport de masse (poids = grammes ou kilogrammes) :  de nombreux articles sur le Net parlent d'un rapport de volume = c'est faux. En parlant de volume on obtiendrait l'aberration suivante:  il faut 18 litres d'air pour faire exploser 1 litre d'essence, sur un moteur à 4 temps de 1000cc => 1 litre d'essence serait donc consumé tous les 36 tours !! Bonjour la consommation !!

Un rapport n'a pas d'unité mais dans tous les cas, les deux termes du rapport doivent être employés avec la même unité, il suffit de savoir de quoi on parle (masse, volume, objet, etc...). Dans le cas précis air/essence si on parle en volume (litre, cm3, dm3, etc...) le rapport serait 10730/1.

=> Mélange riche en essence:

Avec une proportion inférieure à 18 d'air / 1 d'essence, il n'y a pas assez d'air pour une bonne explosion, les gaz imbrûlés se traduiront par une fumée noire à l'échappement et par une consommation excessive. Le moteur subit un encrassement général, beaucoup de calamine sur les pistons et dans les canalisations, mauvais rendement bougies noires et grasses, s'allumant mal, à l'extrême le moteur calera.

=> Mélange pauvre en essence:

Avec une proportion supérieure à 20 d'air / 1 d'essence, il y a trop d'air pour une bonne explosion ce qui provoquera un échauffement anormal du moteur, préjudiciable à son rendement et à sa métrologie (les jeux sont calculés pour une température maxi définie). L'effet chalumeau sous la bougie va faire fondre les électrodes, la soupape d'échappement et la tête de piston. L' excès d'air permet au film d'huile de brûler donc serrage à plus ou moins brève échéance (l'huile brûle mais n'explose pas).

Pour mélanger le plus intimement possible un gaz (l'air) et un liquide (l'essence) l'Homme a inventé le Venturi. Lorsque l'on souffle ou l'on aspire dans un tuyau ayant un brusque rétrécissement suivi d'un évasement progressif, il se créera une zone de dépression qui peut apirer un liquide. 

Comment faire pour régler la richesse sur Dnepr, Ural

Il faut libérer les câbles de ½ à 1 mm de jeu à la poignée ou au carburateur.

Les boisseaux doivent être libres.

Serrer les vis de richesses en butée et les desserrer d'un tour et demi .

Démarrer le moteur et dévisser simultanément les vis de richesses quart de tour par quart de tour en attendant 15 secondes entre chaque quart de tour et ceci tant que le moteur accélère.

Quand au dernier quart de tour le moteur n'a pas accéléré revenir en arrière d'un quart de tour et serrer le contre écrou.

Si le régime maxi du moteur est atteint quand la vis de réglage est trop prés de la butée ou trop prés du desserrage complet le gicleur de ralenti est à changer.

Aller faire un tour poignée entre 1/8 et 1/4 de course sur une route en légère montée (moteur peu en charge)

Démonter les bougies, elles doivent avoir une couleur chocolat, blanches la carburation est trop pauvre (en essence), risque de casse, noires la carburation est trop riche (en essence), mauvais rendement et encrassement.

Si l'accélération n'est pas franche (trou) ou si le moteur s'engorge alors que la richesse est bien réglée, il faut monter ou descendre l'aiguille .

Si tout de suite après un effort poignée à fond (500m de cote) les bougies ne sont pas de la bonne couleur c'est le gicleur principal qui est à changer .

La taille du carburateur est un compromis.

Un carburateur ne fournit la qualité idéale air/essence qu'à une certaine vitesse des gaz qui le traversent (entre 30 et 40 mètres/seconde).

En dessous de cette vitesse, le mélange est trop pauvre en essence, au delà il est trop riche en essence.

Donc avec un petit carburateur (petit trou) cette vitesse "idéale" est obtenue à faible régime, le moteur va avoir un bon couple à faible régime, le moteur tire bien en bas.

Mais à vitesse élevée le carburateur ne peut plus livrer la quantité et la qualité air /essence sollicitée par le moteur et la puissance maximale sera limitée.

Inversement avec un gros carburateur (gros trou) la vitesse d'air idéale est obtenue à un régime du moteur élevé,le moteur tire bien en haut, mais il a peu de puissance à bas régime.

Quand la richesse est bien réglée et que l'on ajoute de temps en temps de l'huile dans l'essence appauvrit le mélange ........

18 gr d'air /1,29 gr/l = 13,95 litres d'air =10730

1gr d'essence /750gr/l = 0,0013 litre d'essence

donc le rapport 18/1 en masse = 10730/1 en volume